NOUVELLES

Microplastiques dans le Saint-Laurent, concentrations élevées

Microplastiques dans le Saint-Laurent, concentrations élevées

Nous faisions état dans le dernier numéro de la pollution par les microbilles de plastique et de l’étude en cours par le programme Odyssée Saint-Laurent pour documenter leur présence dans la colonne d’eau de Québec jusqu’aux îles de la Madeleine. Notre confrère Québec Science publiait récemment les résultats d’une étude de l’Université McGill qui s’est intéressée à la quantité de microparticules de plastique contenue dans les sédiments ainsi que dans les eaux de surface de différents sites localisés entre l’île de Salaberry et Québec. Sur les 21 sites de prélèvement, les chercheurs ont trouvé en moyenne 832 morceaux de plastiques par kilo de sédiments secs, soit quatre fois plus que ce qu’une autre équipe avait échantillonné dans la rivière des Outaouais en 2016. Ce résultat place la section étudiée du Saint-Laurent dans un triste palmarès des cours d’eau parmi les plus touchés par le phénomène des microbilles dans le monde, à des niveaux avoisinant les taux documentés près de grandes villes chinoises.

Les espèces et les organismes qui vivent et se nourrissent dans et à proximité des sédiments se trouvent donc potentiellement exposés à un contamination chimique. En outre, des microparticules de différentes natures peuvent se lier chimiquement entre elles, un phénomène susceptible d’aggraver encore leur potentiel toxique. L’étude écotoxicologique est d’autant plus complexe que l’on ignore souvent la composition exacte des nombreux additifs ajoutés dans les plastiques pour améliorer leurs propriétés.

L’équipe de l’université Mc Gill a tenu à préciser que comparer les études et les cours d’eau n’est pas chose aisée puisque les méthodologies varient grandement. Une standardisation «n’est pas possible pour les différents types de sédiments et contextes dans le monde», explique la professeure au Département de géographie de l’Université Mémorial Max Liboiron, qui n’est pas impliquée dans ces travaux. La spécialiste en pollution par les plastiques assure néanmoins que l’étude est solide et que le constat qui place le Saint-Laurent au sein des fleuves présentant une concentration parmi les plus élevées jamais enregistrées dans les systèmes d’eau douce et marins dans le monde  «est assurément juste.»

Sources : Mélissa Guillemette – Québec Science

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2020 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada