NOUVELLES

Les phoques auront raison des morues d'ici 2050, selon une étude

Les phoques auront raison des morues d'ici 2050, selon une étude

La morue pourrait disparaître complètement de certaines régions du golfe du Saint-Laurent d'ici 2050. Déjà affaiblies par la surpêche, les populations peinent à se rétablir à cause de la prolifération d'un de leurs principaux prédateurs : le phoque gris.
Une récente étude révèle une statistique alarmante : le taux de mortalité des morues dépasse 50 % chez les individus âgés de plus de cinq ans.
Une mortalité naturelle aussi élevée n'est pas soutenable, affirme Doug Swain, un scientifique du ministère des Pêches et des Océans qui a cosigné l'étude.
M. Swain indique que la population est particulièrement vulnérable parce qu'elle tend à se regrouper au même endroit chaque année pour la migration, les périodes de frai et d’hivernage
Ces rassemblements chroniques attirent les phoques gris, pour qui ces bancs de poissons font office de garde-manger idéal.
Le chercheur Doug Swain a utilisé des modèles pour prédire le futur possible de la population de morue si ce niveau de prédation se poursuit.
Si les phoques gris continuent de s'attaquer à la morue comme ils le font maintenant, il est impossible que cette population se rétablisse et elle pourrait tomber à un niveau négligeable, conclut-il.
Les morues proliféraient autrefois dans le golfe du Saint-Laurent. Cependant, la surpêche commerciale à la fin des années 1980 a pratiquement décimé les stocks. Depuis, l’espèce tente de se rétablir.
Les populations de phoques gris dans le Golfe sont en pleine explosion dans les dernières décennies, ce qui n’est pas pour aider la morue. La population est passée d'environ 8000 phoques en 1960 à plus de 500 000 aujourd’hui.
Selon le chercheur, la société devra décider si elle doit intervenir. Elle peut tenter de réduire le nombre de phoques, ou accepter que la morue du golfe ne se rétablisse pas.

Jeff Hutchings, biologiste à l'Université Dalhousie, affirme que les difficultés de la
morue prouvent que la surpêche peut être fatale, même une fois que l’on cesse toute activité commerciale.
Quand nous épuisons les stocks de poissons à des niveaux très bas, ils ne rebondiront et ne se reconstitueront pas toujours, dit-il.
D’ailleurs, selon lui, il n’est pas garanti que la morue va se rétablir, même avec un contrôle des populations de phoques.
Afin de venir en aide à la morue, le directeur de l’Association des chasseurs de phoques intra-Québec, Gil Thériault, plaide qu’il faut rendre plus accessible la chasse aux loups marins pour contrôler les populations.
Le phoque ne s’arrêtera pas à la morue, ça va être le hareng, le maquereau. Quand il n’y en aura plus, ils vont manger du homard et du crabe, lance-t-il.
Il déplore que les pressions internationales pour faire interdire ce type de chasse freinent son développement. Il souhaiterait que le gouvernement puisse lever certaines restrictions concernant cette activité.

Radio Canada Nouvelle-Écosse

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2019 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada