NOUVELLES

L’Atlantique à la rame, seconde tentative pour Joseph Gagnon

L’Atlantique à la rame, seconde tentative pour Joseph Gagnon

Le Québécois de 21 ans Joseph Gagnon s’élancera pour la seconde fois à la conquête de l’océan Atlantique, en parcourant 5000 km à la rame entre Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, et Noirmoutier, en France, mais cette fois-ci, en solitaire.

Il avait tenté l’aventure en 2017 avec Brian Conville, mais la traversée s’était mal finie. Les deux hommes avaient chaviré à 265 km de l’Irlande. Par miracle, ils avaient été secourus après avoir passé 12 heures dans l’eau.

«Notre balise de détresse avait été arrachée par la vague, mais elle s’est déclenchée au contact de l’eau. On a dérivé à plus de quatre kilomètres de la balise», raconte Joseph Gagnon.

Malgré tout, cette mauvaise expérience n’a pas refroidi le rameur océanique. «Après réflexion, je ne vois pas ça comme un échec. J’ai gagné de l’expérience et je vais être mieux préparé», affirme celui qui a traversé l’Atlantique à la voile en 2012 avec sa famille entre Sydney, en Nouvelle-Écosse, et Noirmoutier, d’où est originaire sa mère.

Il se prépare donc pour une nouvelle traversée en solitaire. Le départ est planifié, soit cet été si un gros commanditaire lève la main pour le financement, soit pour l’été 2020. Le jeune navigateur a prévu d’apporter des modifications par rapport au bateau qui a servi pour la traversée en 2017.

«J’ai besoin d’un financement entre 150 000 et 300 000 $. Il faut reconstruire le bateau qui sera 100 % en carbone. La sécurité sera plus poussée», explique-t-il. «Les affaires seront mieux réparties pour stabiliser le bateau, le kit de survie sera accessible si le bateau chavire et j’apporte pour 100 jours de vivres, même si la traversée doit durer entre 38 et 50 jours», poursuit-il.

«Le plus difficile sera de gérer ma fatigue. Je dois ramer au bon moment tout en étant capable de dormir un peu et de m’alimenter pour reprendre des forces», explique-t-il. «Je dois manger 6000 calories par jour et essayer de dormir de quatre à six heures», poursuit-il.

Il sera tout seul sur l’océan, mais une équipe sur la terre ferme le suivra de près.

«Je vais avoir un routeur météo, Michel Meulnet, une équipe médicale et des personnes qui vont s’occuper des communications», souligne-t-il.

Joseph Gagnon peut aussi compter sur le soutien de Mylène Paquette, la première Canadienne à avoir traversé l’Atlantique à la rame en 2013.

Sources : Céline Fabriès - Le Soleil

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2019 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada