NOUVELLES

La seconde vie de la carte marine imprimée

La seconde vie de la carte marine imprimée

Le Service hydrographique du Canada (SHC) est en train de procéder à une refonte complète de son processus de publication de données. Et parmi ces données figurent évidemment les cartes en papier. Dans tous les services hydrographiques du monde, l’heure du grand saut technologique est arrivée. La décision de l’Organisation maritime internationale (OMI) de rendre obligatoires l’usage des cartes électroniques à bord des navires de commerce a marqué une étape charnière dans l’histoire de la cartographie maritime. Les cartes en papier vont néanmoins demeurer disponibles, mais la façon de les produire et de se les procurer va changer radicalement.

Ce qu’on appelle le format matriciel va être définitivement abandonné. Aussi appelé BSB ou raster, ce format constitue une copie de la carte en papier traditionnelle sur lequel sont compilées toutes les données d’une carte sur une seule couche. La cartographie numérique a rapidement migré vers la technologie dite vectorielle, constituée de plusieurs couches distinctes de données, chaque couche ayant une spécialisation.

Le SHC dispose d’une base de données qui est aujourd’hui mise à jour sur une base continue. Les mises à jour des cartes par le biais des avis aux navigateurs impliquent une intervention humaine et manuelle. La transformation numérique en cours a pour objet de rendre disponible les données cartographiques dès le moment où elles sont intégrées dans la base de données.

La future carte en papier que l’on devrait voir sur nos tables à carte sur un horizon de 24 mois – si les embûches administratives ne sont pas trop nombreuses - sera donc éditée à partir de données vectorielles. Lors de l’élaboration du premier format vectoriel appelé S57, la migration des données, symboles et de tous les détails graphiques imprimés sur les cartes en papier a donné naissance à une nouvelle représentation cartographique, bien différente finalement de celle que l’on connaissait auparavant sur le papier. De nouveaux symboles propres au format numérique sont apparus, la topographie côtière a été négligée, la toponymie réduite et le caractère presque artistique de certaines représentations a tout simplement disparu.

Quelle apparence aura donc la nouvelle carte en papier produite à partir d’une base de données et éditée selon une technologie vectorielle? Et bien, on ne le sait pas encore précisément, mais on commence à en avoir une bonne idée. «La symbologie unifiée est un grand rêve» explique Louis Maltais, directeur des Services géospatiaux pour la navigation au SHC. Un grand rêve et certainement un défi. Celui de marier deux types de symbologie cartographique pour déterminer le graphisme et l’apparence qui prévaudront sur les cartes en papier pour le futur. Les services hydrographiques des différents pays, tous embarqués dans le même processus, collaborent afin de formater de nouvelles pratiques internationales.

Outre la symbolique, le SHC réfléchit à la façon d’intégrer les informations relatives à la déclinaison, aux courants et toutes les notes qui figurent sur une carte en papier. Toutes ces données seront fort probablement publiées dans une marge plutôt que sur la carte comme auparavant. L’utilité des contours topographiques ayant été reconnue, ils figureront dans ce nouveau format, tout comme la toponymie précise des lieux.

Une fois le document cartographique élaboré, où ira-t-on se le procurer? Le SHC a récemment repris le service d’impression des cartes et a suspendu son service d’impression à la demande. Il s’agit là d’une mesure temporaire avant la mise en place d’un service de livraison de données en ligne. Le SHC veut de doter d’un portail transactionnel sur lequel le public pourra accéder à toutes les données de l’agence, qu’elles soient gratuites ou tarifées. Plusieurs scénarios sont à l’étude dont celui d’un service d’abonnement où les navigateurs choisiraient les cartes dont ils ont besoin dans le cadre de leur navigation. Les données seraient disponibles immédiatement par téléchargement en format PDF. Chaque mise à jour ferait l’objet d’une communication du SHC pour informer ses abonnés.

Dans la mesure où les imprimantes domestiques ne sont pas du tout adaptées à l’impression de cartes marines, on peut penser que le service d’impression à la demande pourrait reprendre du service via un réseau d’une trentaine de détaillants à travers le pays, réseau qui était en fonction voilà encore peu de temps. Ce scénario n’est toutefois qu’une supposition pour le moment.

Le modèle de diffusion des données est encore à l’étude, mais on peut s’en faire une idée en visitant le site de l’Office of Coast Survey de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). L’agence états-unienne a mis en ligne une application expérimentale baptisée Custom Chart prototypequi permet de configurer un document cartographique en choisissant ses limites géographiques, son échelle, les couleurs associées à la bathymétrie, la toponymie, l’affichage de symboles et finalement le format d’impression. Toutes les données textuelles sont publiées sur un feuillet séparé. Le fichier est disponible gratuitement au téléchargement en format PDF. Un outil aussi puissant que séduisant avant que la NOAA ne mette fin définitivement à l’impression de cartes en 2025.

Custom Chart prototype
https://nauticalcharts.noaa.gov/updates/explore-the-refreshed-enc-based-noaa-custom-chart-tool/

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2021 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada