NOUVELLES

Migration inhabituelle des rorquals dans le Saint-Laurent

Migration inhabituelle des rorquals dans le Saint-Laurent

On a observé un nombre record de rorquals à bosse et de rorquals communs dans les eaux du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent au cours de la saison 2021. Alors que l’on avait observé seulement 5 rorquals à bosse en moyenne au cours des saison allant de 2008 à 2017, leur présence a littéralement explosé l’été dernier avec plus de 100 individus recensés. Une concentration que les chercheurs qualifient d’anormale et qui laisse penser que la distribution ( et peut-être la quantité) de nourriture disponible pour les cétacés a connu d’importants changements dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

L’un des pistes pointe vers la raréfaction du krill arctique en raison du réchauffement des eaux. Les petits crustacés qui tolèrent mal le réchauffement migrent donc vers le nord et leur présence décline dans le Saint-Laurent au profit du krill nordique, plus tolérant aux changements thermiques.

Rorquals à bosse et rorquals communs ont une alimentation variée qui se répartit entre le krill et les espèces de poisson fourrage, lançons, capelans et harengs. Leur concentration sans précédent dans l’estuaire pourrait signifier qu’ils sont venus chercher ces poissons dans le parc marin alors que ces trois espèces se feraient plus rare en aval. Parallèlement, on a vu peu de rorquals à bosse au large de Gaspé où ces animaux sont habituellement observés durant l’été.

René Roy, un observateur affilié à la Station de recherche des îles Mingan depuis plusieurs années, a lui aussi noté la présence accrue de rorquals à bosse dans l’estuaire. Il a identifié 23 nouveaux-venus auparavant observés dans le golfe du Maine. Il précise que les fèces des animaux qu’il a rencontrés montraient qu’ils avaient mangé du poisson et non du krill. En revanche, M. Roy n’a rencontré aucun rorqual bleu cette année, contrairement aux observations documentées des 20 dernières années, uneespèce qui se nourrit exclusivement de krill. «Le manque de dispersion des rorquals à bosse et des rorquals communs serait-il symptomatique d’une faible quantité de nourriture dans le golfe et l’estuaire?» se demande M. Roy.

Les chercheurs en sont réduits pour le moment à formuler des hypothèses puisqu’il est difficile de vérifier la répartition et le nombre des trois types de poisson cités, des espèces mal documentées pour lesquelles les données font cruellement défaut.

 

Sources : Baleines en direct et Parc marin du Saguenay—Saint-Laurent

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2022 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada