NOUVELLES

Et de sept baleineaux

Et de sept baleineaux

Depuis le début de la saison des naissances des baleines noires, ce sont maintenant 7 nouveau-nés qui ont été observés. Bien que l’annonce d’une septième naissance soit encourageante, on ne peut malheureusement pas parler d’un baby-boom. Chez cette espèce en voie de disparition, une dénatalité est constatée depuis 2010. Chaque naissance est donc un petit pas vers son éventuel rétablissement. Mais pour parler de baby-boom, il faudrait bien plus de naissances.

Depuis 2009, seulement 3 autres années ont été aussi peu productives : 7 nouveau-nés en 2012, 5 en 2017 et 0 en 2018. D’ailleurs, depuis 2009, il y a en moyenne 15,4 naissances par année. Selon le Fish and Wildlife Research Institute de la Floride, il faudrait observer un minimum de 16 veaux cette saison pour que la natalité se traduise en une croissance de la population. Lorsque la natalité n’est pas suffisante, elle ne permet pas de compenser la mortalité élevée de la population. En effet, les baleines noires sont particulièrement à risque d’empêtrements puisqu’elles s’alimentent en surface. En 2017, c’est 18 carcasses de baleines noires qui ont été retrouvées dans l’Atlantique Nord, dont certaines sont mortes de collision ou d’empêtrement sévère. Il faut donc faire preuve de prudence avant d’affirmer qu’un changement est nécessairement significatif pour la croissance de la population. Toutefois, les baleines noires ont encore le temps de nous surprendre puisque la saison de mise bas se termine en mars!

Des naissances en contexte de dénatalité

La population mondiale de baleines noires de l’Atlantique Nord est estimée à 411 individus. De ce nombre, environ 75 seraient des femelles en âge de se reproduire. Pourtant, en 2018, aucun baleineau n’a été observé et seulement 5 l’ont été en 2017. Le nombre de baleineaux observé chaque année est donc très différent de ce qui serait normalement attendu. Le taux de natalité a diminué de 40% entre 2010 et 2016. De plus, l’intervalle moyen entre chaque naissance pour une femelle donnée est passé de 4 à 10 ans. À titre de comparaison, cet intervalle est de 3 ans chez sa cousine du Sud, la baleine noire australe. La diminution du nombre de grossesses menées à terme et l’augmentation du nombre de décès de nouveau-nés non documentés sont des raisons qui pourraient expliquer ces intervalles inhabituels.

La grossesse et l’allaitement sont des processus très couteux en énergie pour les femelles qui doivent avoir accès à suffisamment de nourriture pour maintenir leur poids. Les copépodes, nourriture préférée des baleines noires, se font de plus en plus rares dans les aires estivales traditionnelles, entre la Nouvelle-Angleterre et la Nouvelle-Écosse. Cela expliquerait pourquoi un nombre grandissant de baleines noires est observé dans le golfe du Saint-Laurent, où ces petits crustacés sont présents. Une migration plus longue occasionne une plus grande dépense énergétique pour les femelles, ce qui peut nuire à la reproduction. Si la femelle réussit à mettre au monde un baleineau malgré tout, il n’est pas assuré qu’elle sera assez en forme pour produire suffisamment de lait pour le nourrir. En effet, des études sur la baleine noire australe ont montré que le volume corporel des femelles qui allaitent diminue de 25% en seulement 3 mois.

Dans les dernières décennies, les périodes de natalité particulièrement faibles sont associées à l’observation d’un plus grand nombre de blessures et d’une santé générale diminuée. Cela suggère que la dénatalité peut être liée aux empêtrements fréquents des baleines noires de l’Atlantique Nord dans les engins de pêche. Cette espèce est particulièrement atteinte par les collisions et les empêtrements parce qu’elle se déplace lentement et en surface. Le stress causé par ces évènements pourrait nuire à la reproduction ou à la capacité des baleines de mettre à terme leur grossesse. Heureusement, ces périodes sont généralement suivies d’une remontée du taux de naissance, lorsque les conditions de santé sont de nouveau propices.

En outre, la faible diversité génétique des baleines noires pourrait nuire à leur capacité de reproduction. En effet, les petites populations sont particulièrement à risques de reproduction entre individus trop apparentés génétiquement. Ces individus peuvent être non compatibles génétiquement et produire des fœtus non viables.

La mise en place de mesures de protection de la baleine noire en 2018 par Pêches et Océans Canada et Transports Canada semble avoir été efficace. Les autorités ont recensé 3 empêtrements et aucun décès en eaux canadiennes lors de la dernière année, une nette diminution par rapport aux 18 décès et 5 empêtrements documentés en 2017.

Il faudra attendre quelques années pour savoir si la diminution de mortalité et d’évènements stressants permettra une remontée de la natalité. En attendant, on peut espérer que ces sept naissances soient le commencement d’une série de bonnes nouvelles pour l’espèce.

Sources : Par Jeanne Picher-Labrie - Baleines en direct

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2019 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada