• Société de Sauvetage
  • PC
  • Festival
  • fugawi
  • RDV
  • subaru
  • Escale

  • Escale nautique you tube
  • CONAM
  • DRAPEAU


    NOUVELLES

    Les pêcheurs sportifs dénoncent la privatisation des plans d’eau

    Les pêcheurs sportifs dénoncent la privatisation des plans d’eau

    L'Association des pêcheurs sportifs du Québec s’est rassemblé à Varennes le 4 juin dernier pour dénoncer les frais abusifs imposés par les municipalités pour la mise à l’eau des embarcations des plaisanciers et pêcheurs non-résidents. Un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur et dont le Québec semble vouloir se faire une spécialité. Varennes possède le triste record de la municipalité la plus chère pour la mise à l’eau d’une embarcation avec un tarif saisonnier de 600 $, sans possibilité d’achat de tarif journalier. À cet affligeant palmarès des abus, on retrouve Repentigny et l’arrondissement de Pointe-aux-Trembles (500 $), ainsi que Verchères et Contrecœur (300 $). La ville de Longueuil vient d’emboîter le pas en imposant des frais à l’île Charron, une descente gratuite jusqu’à l’an dernier. On facture la bagatelle de 30 $ par jour par véhicule avec remorque et 15 $ pour les autres véhicules. L’accès libre aux plans d’eau, un droit garanti à tous les citoyens par le gouvernement fédéral, se voit sévèrement entravé par l’attitude hostile des municipalités. Alors que nos voisins de l’Ontario et des États-Unis continuent d’offrir le service d’accès à l’eau toute à fait gratuitement, les municipalités québécoises semblent surtout se préoccuper de chasser hors de leur territoire les pêcheurs et plaisanciers non-résidents.

    Cette politique mesquine cache également une volonté de privatisation des plans d’eau de la part des propriétaires riverains qui revendiquent un usage exclusif des voies navigables. Dans les municipalités de Saint-Adolphe-d'Howard, Saint-Hippolyte et Ivry-sur-le-Lac, pour n'en nommer que quelques-unes, on exige aux non-résidents respectivement 320 $, 300 $ et 500 $ par jour pour mettre son bateau à l’eau. Une ségrégation économique ouvertement hostile aux pêcheurs et plaisanciers qui ne résistera probablement pas au test des tribunaux. Il s’agit malheureusement de la dernière avenue qui permettrait de régler le problème de ces tarifications abusives devenues endémiques.

    Le phénomène semble affecter de manières significative la pratique de la pêche sportive puisque le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a vendu 50 000 permis de pêche de moins en 2015 qu’il ne l’avait fait l’année précédente.


    À propos de L’Escale Nautique

    L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

    Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

    © 2013 Tous droits réservés • L’Escale Nautique

    Gigrafe - Graphisme • Web


    Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
    ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

    Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

    canada