En kiosque
AUTOMNE 2017

APERÇU

NOUVELLES

L’Erebus commence à livrer ses secrets

L’Erebus commence à livrer ses secrets

La mission menée conjointement au mois d’avril par les archéologues de Parcs Canada et les plongeurs de la Marine canadienne au large de la péninsule d’Adélaïde au Nunavut a permis de jeter les bases de la longue campagne de fouilles qui s’annonce sur l’épave de l’Erebus. Lors de la découverte du navire de l’expédition de John Franklin en septembre 2014, les archéologues n’avaient pu effectuer que sept plongées. Ils ont eu l’occasion d’en mener des dizaines ce printemps pendant cinq journées consécutives, se relayant sous la glace sans interruption de 8h à 23 h. Les eaux calmes et cristallines ont facilité leur tâche qui consistait notamment à géoréférérencer le site et à mettre en place les premiers éléments de carroyage.

«Fouiller une épave revient à documenter une scène de crime» indique Marc-André Bernier le chef du Service d’archéologie subaquatique. Cette technique d’investigation détermine précisément la localisation des objets retrouvés, permettant d’établir des liens entre les différents artéfacts et de documenter ainsi des éléments de l’histoire de l’épave.

La mission a par ailleurs donné l’occasion de débuter le processus de numérisation de l’épave en trois dimensions à l’aide des scanneurs au laser fabriqués spécialement pour cette campagne par la compagnie 2G Robotics de Waterloo. L’introduction de caméras à l’intérieur de la structure a révélé l’excellent état de conservation des sections avant de l’Erebus dont le pont et son barrotage apparaissent intacts. Les parties arrière se sont en revanche affaissées au-dessus des cabines des officiers, ce qui va compliquer la tâche de récupération des objets potentiellement intéressants qui s’y trouvent. Les plongeurs ont ramené à la surface plusieurs objets : un canon de six livres, des illuminateurs de pont, des assiettes en céramiques et autres poulies et flacon de médicament. Ces objets et ceux qui vont les suivre seront montrés au public à partir d’octobre 2017, date de l’inauguration d’une exposition dédiée aux navires de Franklin au Musée canadien de l’histoire à Gatineau.

Les archéologues préparent leur retour sur le site à la fin de l’été pour une nouvelle campagne d’investigation au cours de laquelle quelques journées seront consacrées à la recherche de l’épave du Terror dont on ignore toujours la localisation. La mission de fouilles du mois d’avril dernier a été rendue possible grâce au soutien logistique des Forces armées canadiennes qui y ont vu l’occasion de mener un exercice de déploiement dans l’Arctique. La piste d’atterrissage des avions transportant personnel et matériel a été balisée par les Inuits du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens. 

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2017 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada