En kiosque
AUTOMNE 2017

APERÇU

NOUVELLES

Le passage du Nord-Ouest, source d'inquiétudes

Le passage du Nord-Ouest, source d'inquiétudes

Les températures dans l'Arctique ont atteint ces dernières années des niveaux sans précédent et la couverture de glace est tombée à des minimums historiques. Une des conséquences : le passage du Nord-Ouest devient de plus en plus navigable, mais pas sans risques. Au Nunavut, la situation préoccupe.
À droite, l'île Bylot, réserve naturelle et refuge d'oiseaux migrateurs. À gauche, l'extrémité de l'île de Baffin et ses montagnes. Le capitaine du brise-glace Polar Prince, Stephan Guy, est attentif. « On vient de commencer ce qui est traditionnellement défini comme le passage du Nord-Ouest et on s'approche de Pond Inlet », une communauté inuite.
Quelques glaces sont visibles sur l'eau au loin. Très peu. « L'Arctique, c'est ma corde sensible », lance le capitaine qui navigue ici depuis une trentaine d'années, dont 19 sur des brise-glaces pour la Garde côtière canadienne.
« Dans les années 80, le passage était hypothétique. On le planifiait, mais il n'y avait aucune garantie, même avec un brise-glace. Alors que maintenant, la fenêtre de passage est de plus en plus prévisible et longue. Anciennement, on avait une à deux semaines et si on manquait cette période hypothétique, c'était fini », précise-t-il alors qu'il entame un passage qu'il va finalement réussir, malgré quelques craintes, pour l'expédition Canada C3 qui traverse le Canada de Toronto à Victoria.
Entre 1906 et 2008, une centaine de navires ont emprunté le passage du Nord-Ouest. L'an dernier, 23, en majorité des bateaux de plaisance, ont effectué la traversée qui intéresse de plus en plus de pays. Les navires marchands transitant entre l'Europe et l'Asie auraient 7000 kilomètres de moins à faire avec ce passage.
Un raccourci synonyme de gain d'argent et une opportunité que la Chine semble explorer. Pour la première fois cet été, un brise-glace scientifique chinois, avec l'autorisation du Canada, a emprunté ce passage, que la Chine surnomme déjà la voie d'eau dorée.
Beaucoup de bateaux de plaisance et de croisières s'y aventurent de plus en plus. À Pond Inlet, en cette mi-août, alors que les enfants profitent d'un climat doux en jouant dans la rivière, deux voiliers, un jaune et un rouge, s'apprêtent à partir pour traverser le passage. Dans quelques jours, un bateau de croisière avec 1000 personnes à bord fera escale dans la communauté.
« Il y a de plus en plus de bateaux qui passent ici et les chasseurs n'aiment pas cela. Ils disent que ça fait peur aux animaux », explique Enookie Killiktee, agent de développement économique communautaire de Pond Inlet.
Les eaux du détroit de Lancaster sont l'une des zones les plus biodiversifiées de l'Arctique : ours polaires, phoques, oiseaux marins, bélugas, baleines et plus de 75 % des narvals de la planète y vivent.

Protéger et étudier le milieu naturel
Le 14 août, le Canada a annoncé s'être entendu avec le Nunavut et la Qikiqtani Inuit Association, une association représentant les Inuits de Baffin, sur les limites de ce qui sera la plus grande aire marine nationale de conservation du Canada. Elle se trouve justement dans le détroit de Lancaster et aura une superficie de 131 000 kilomètres carrés. Le gouvernement a aussi inauguré, deux jours plus tard, une nouvelle station de recherche qui fera office de carrefour de la collaboration scientifique dans la région.
Dans le bâtiment sur deux étages flambants neufs, Evan Richardson fait la visite quelques jours avant l'inauguration. Ce spécialiste des ours polaires travaille pour Environnement Canada et précise que ses collègues sont sur le terrain en train de prendre des échantillons.
Ici, le laboratoire humide, ici la table pour faire les nécropsies. Les scientifiques dans la station de recherche travaillent sur l'impact des changements climatiques, sur le système marin de l'Arctique, la qualité de l'air, la contamination de l'eau ou encore sur l'impact du trafic maritime.
« C'est une question de recherche que l'on commence seulement à étudier et c'est pour cela que c'est important de collecter les données. Dans le passé, c'était difficile, car comprendre les impacts du trafic maritime en Arctique n'est pas évident. Le passage des bateaux est variable, ils changent de trajectoire selon les changements de la banquise et on ne sait jamais quand et où ils passent. Mais avec ces nouvelles installations, cela sera plus facile ».
Selon lui, une soixantaine de bateaux sont passés cette année devant Pond Inlet, notamment ceux qui vont à la mine.
Les scientifiques travaillent avec la communauté, des jeunes viennent faire des ateliers et les connaissances traditionnelles inuites sont utilisées. « C'est un laboratoire avec portes ouvertes », soutient Evan Richardson, « et nous essayons vraiment de promouvoir le fait que ceux qui travaillent ici aient un plan pour communiquer les résultats de leurs recherches après ».

Autre préoccupation : la course aux ressources naturelles
La région pourrait receler 13 % des réserves de pétrole et 30 % des réserves de gaz naturel non découvertes de la planète. Mais explorer et produire dans ces conditions extrêmes est risqué pour l’écosystème, et coûteux et complexe pour les entreprises.
Et l’enthousiasme pour ces puits potentiels est redescendu en même temps que le prix du baril de pétrole. « Compte tenu de la conjoncture économique et globale, les compagnies ne sont pas trop intéressées », explique Frederic Lasserre, directeur du Conseil québécois d’Études géopolitiques (CQEG) de l'Université Laval.
Shell a même renoncé volontairement à 30 concessions de prospection pétrolières et gazières, permettant notamment de créer la nouvelle aire marine protégée où la prospection et l'exploitation d'hydrocarbures ou encore de minéraux seront interdites une fois l'aire marine désignée en vertu de la loi canadienne.
« J'ai les mêmes préoccupations que la majorité des gens du Nunavut », indique Vicki Sahanatien du Conseil de gestion de la faune du Nunavut. « La réponse pourrait être lente si quelque chose se produit. Et s'il y a un accident, les déversements de fuel sont aussi une source d'inquiétude. Quels seront les effets sur la faune? » Surtout que, selon Frédéric Lasserre, seulement 15 % du passage est cartographié. « C’est un travail de moine et de longue haleine ».
Pour le capitaine Stephan Guy, ce nouveau passage est « probablement une belle carte à jouer pour l'avenir, pour les communautés de l'Arctique, pour le développement de l'industrie, du Canada. » Il explique se prononcer « avec beaucoup de bémols, car on ne sait pas, dit-il, comment l'industrie maritime va gérer cette ouverture ».
Le 1er janvier 2017, le Code polaire, instrument adopté par l'Organisation maritime internationale, est entré en vigueur. Son but : gérer les risques liés à la sécurité et à la protection de l'environnement dans les régions polaires. Au Canada, la version définitive du règlement sur la sécurité de la navigation et la prévention de la pollution dans l'Arctique, dans lequel le Code sera mis en œuvre, sera publiée sous peu.

Un texte de Marie-Laure Josselin, de retour de l'expédition Canada C3

Radio Canada

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2017 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada