• subaru
  • RDV
  • maison
  • beauharnois
  • MMQ
  • YCQ
  • Société de Sauvetage
  • PC
  • P&O

  • DRAPEAU
  • Escale nautique you tube
  • CONAM


    NOUVELLES

    La Belle, l'épave du navire de Cavelier de La Salle reconstituée

    La Belle, l'épave du navire de Cavelier de La Salle reconstituée

    Robert Cavelier de La Salle fut le premier européen à descendre le Mississipi jusque dans son delta en 1682, achevant l’œuvre de Louis Jolliet et du père Marquette. Il persuade par la suite  Louis XIV de s’emparer de l’embouchure du Mississipi pour contrer les Espagnols et mettre la main sur mines d'argent du Mexique. Il appareille en 1684 de La Rochelle avec une flotte de quatre navires avec l’ambition de fonder une colonie sur ce territoire qu’il a nommé Louisiane deux ans plus tôt. Si La Salle connaît bien la latitude de l’embouchure du Mississipi, il a du mal à identifier sa longitude et atterrit beaucoup plus à l’ouest sur les côtes texanes. L’expédition va tourner au désastre. Un navire s’échoue et perd sa cargaison, un autre décide de rentrer en France, un troisième est déjà tombé aux mains de corsaires. Un coup de vent pousse La Belle, le bateau de La Salle et dernier de la flottille, dans la baie de Matagorda où il s’échoue et ne sera jamais renfloué. Sur ces terres malsaines, La Salle fait ériger le fort Saint-Louis. La petite colonie va dépérir pendant deux ans, victime de la maladie et des Indiens. Une mutinerie au cours de laquelle La Salle est assassiné met fin à la triste expédition.

    Pour les historiens et archéologues texans, l’épave de La Belle et les vestiges du fort Saint-Louis représentent les plus vieilles traces de présence européenne sur leur territoire, une sorte d’acte fondateur. À l’aide de vieilles cartes espagnoles, ils vont chercher pendant des années l’épave de La Belle. En 1995, dès les premières investigations dans la baie de Matagorda, ils localisent l’épave qui repose depuis 1686 sur un fond de sable et de vase par 3 m de profondeur. Le chantier qui va suivre représente une épreuve de force dans les annales de l’archéologie maritime. Pour remonter à la surface la coque de La Belle, la Texas Historical Commission fait construire un coffrage de métal autour de l’épave pour en retirer l’eau. Sept mois d’excavation sont nécessaires pour récupérer les pièces de la charpente conservées ensuite dans du glycol. Plus de deux ans seront par la suite consacrés au nettoyage des 600 pièces de bois et deux autres années encore pour réassembler ce qui reste de la carène. La conservation par aspersion de glycol sera finalement abandonnée au profit de la lyophilisation, un processus de congélation rapide et de déshydratation jamais encore utilisé sur une épave de 16 m de long.

    «Nous n’imaginions pas l’ampleur du travail à venir» témoigne Jim Bruseth, le conservateur du Musée de l'histoire du Texas Bob Bullock à Austin où La Belle constitue la pièce maîtresse de l’exposition permanente qui débutera en novembre 2015. Dix années auront été effectivement employées pour récupérer, conserver et réassembler l’épave du navire. Quant à la récupération et au traitement de plus d’un million de pièces et d’artefacts retrouvés sur le site de fouille, ils ont tenu occupé les laboratoires d’archéologie texans pendant 17 ans ! Les sommes investies pour la totalité de l’opération par l’État du Texas et des donateurs privé s’élèvent à 5 million $.

    Ironie de l’histoire, La Belle aura donc dû patienter 329 ans avant de connaître succès et notoriété en terre américaine. Un succès qu’elle doit largement à la passion des historiens et des archéologues texans qui n’ont jamais ménagé leurs efforts pour mettre au jour les traces de la présence française sur les côtes du golfe du Mexique.

     


     

    À propos de L’Escale Nautique

    L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

    Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

    © 2013 Tous droits réservés • L’Escale Nautique

    Gigrafe - Graphisme • Web


    Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
    ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

    Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

    canada