En kiosque
AUTOMNE 2017

APERÇU

NOUVELLES

Centre de sauvetage de Québec, Ashfield maintient la ligne dure

Centre de sauvetage de Québec, Ashfield maintient la ligne dure

Le ministre des Pêches et des Océans, Keith Ashfield, a repoussé les nombreux avis, y compris celui de l’industrie du transport maritime, de revenir sur sa décision de fermer le Centre de sauvetage de Québec. Si le centre de St John’s à Terre-Neuve sera bien fermé comme prévu le 1er avril 2012, celui de Québec restera opérationnel le temps que l’on résolve les nombreux problèmes techniques que causent la cessation des activités québécoises. Les difficultés de recrutement de personnel bilingue et la nécessité d’aménager de nouveaux locaux à Trenton et Halifax, où seront regroupés les nouveaux services, ont forcé le gouvernement fédéral à différer la fermeture du centre de Québec. Il est prévu dans le futur de transférer vers Halifax la couverture de la zone débutant à l’est de Cap-à-l’Aigle, tandis que la portion ouest du fleuve Saint-Laurent relèvera du centre de Trenton en Ontario.

On peut légitimement se demander si ce sont l’incompétence ou la vengeance politique qui motivent la fermeture du seul centre de coordination de sauvetage véritablement bilingue au Canada. Les pressions opérationnelles qui s’ajouteront sur les centres de Trenton et Halifax et les investissements nécessaires pour rendre ces services de sauvetage effectifs ne permettront probablement pas d’économiser le malheureux million de dollars qui motive tout ce chambardement. À Québec, le personnel visé par la fermeture du centre n’a plus l’autorisation de s’exprimer publiquement sur le sujet.

Comme le fait remarquer sur son site Internet le regroupement Sauvons MRSC Québec, l’augmentation du trafic aérien et maritime dans l’Arctique forcera Trenton et Halifax à gérer un nombre de plus en plus élevé d’opérations de sauvetage, difficiles à mener en raison des grandes distances et des faibles ressources qui caractérisent ces territoires. Une charge de travail qui sera encore alourdie par les 1 500 interventions annuelles coordonnées jusqu’à présent à Québec. Interrogé à ce sujet à la chambre des Communes, le ministre unilingue anglais a répondu que « We will ensure that there is safety for all mariners and the language capabilities will be in place before we move forward with our decision.» Il est permis d’en douter….

http://sauvonsmrscquebec.com/

 

«Nous irons de l’avant lorsque nous aurons l’assurance que la sécurité de tous les navigateurs sera garantie et que le personnel aura les capacités linguistiques requises.»

À propos de L’Escale Nautique

L’Escale Nautique est une publication indépendante qui sert le marché de la navigation de plaisance depuis 1995. Elle présente aujourd’hui le plus fort tirage payé de toutes les publications nautiques au Québec. L’Escale Nautique est distribuée à tous les membres de la Fédération de voile du Québec, ainsi qu’aux membres francophones des Escadrilles canadiennes de plaisance.

Le Guide du tourisme Nautique est un guide de navigation publié chaque année depuis 1997. Il s’agit à l’heure actuelle du guide de navigation le plus documenté des principaux plans d’eau du Québec, scrupuleusement remis à jour chaque saison.

© 2017 Tous droits réservés • L’Escale Nautique
Les textes et les photographies publiés sur ce site ne peuvent être reproduits
ou utilisés sur un quelconque support sans l’autorisation écrite de L’Escale Nautique

Réalisation: Servlinks Communication

Nous reconnaissons l'appui financier du gouvernement du Canada par
l'entremise du ministère du Patrimoine canadien (Innovation commerciale)

canada